Sexologie et idéologie à l’âge de l’institutionnalisation (1960-2000) / Sexology and ideology in the age of institutionalization (1960-2000)

Colloque international 21-23 mars 2018 – programme / International Conference 21-23 March 2018 – program


Localisation

Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité (CIERL), Université Libre de Bruxelles (ULB), 17 avenue FD Roosevelt, 1000 Bruxelles, Belgique.

Les langues du colloque sont le français et l’anglais. Il n’y a pas de traduction simultanée prévue. The languages of the conference are French and English. There is no simultaneous translation provided.


Présentation

La sexologie entretient de multiples rapports avec l’idéologie. Ayant pour objet la sexualité, la sexologie est un ensemble de savoirs et de pratiques ayant vocation à réguler et/ou à transformer l’ordre social en définissant les normes prévalant dans l’intimité. Elle est, à ce titre, un outil puissant pour les idéologies. Elle véhicule des savoirs et met en œuvre des pratiques en adéquation avec des doctrines, des systèmes de pensée ou des dogmes. Cette question des rapports entre sexologie et idéologie apparaît particulièrement pertinente dans le contexte de l’après Seconde Guerre mondiale. L’histoire de la sexologie est alors marquée, dans son processus de professionnalisation et d’institutionnalisation, par des rapports aux idéologies qui sont indispensables à sa compréhension. Ce colloque international interroge les rapports entretenus par la sexologie avec les idéologies sous cinq angles :

  1. Le catholicisme : que fait le(s) catholicisme(s) à la et de la sexologie ?
  2. La « révolution sexuelle », les mouvements d’émancipation (dont les féminismes et les mouvements LGBTQIA+) et les savoirs sexologiques : quels usages et quelles critiques
  3. L’institutionnalisation et le rapport à la science : quelles épistémologies pour des savoirs aux origines militantes ou fortement marquées idéologiquement ?
  4. La guerre froide : comment les savoirs sexologiques ont-ils été marqués et ont-ils servi comme armes idéologiques ?
  5. La décolonisation : les savoirs sexologiques ont-ils seulement été décolonisés ou bien ont-ils simplement mutés ?

Programme

Mercredi 21 mars : Séance d’ouverture (17h – 21h30)

  • 17h – 17h15 : Ouverture par les autorités académiques
  • 17h15 – 17h30 : Présentation du projet Sex & Pil par Cécile VANDERPELEN-DIAGRE (Université Libre de Bruxelles)
  • 17h30 – 17h45 : Présentation du réseau Sexologies européennes par Sylvie CHAPERON (Université Toulouse Jean-Jaurès)
  • 17h45 – 18h00 : Présentation du thème du colloque par Julie DE GANCK (Université Libre de Bruxelles)
  • 18h00 – 19h30: Conférence inaugurale de Kate FISHER (University of Exeter, professeure invitée à la Maison des Sciences Humaines de l’Université Libre de Bruxelles). Présidence :  Julie De Ganck.   “The scientists who shattered the repressed view of sex and brought us closer to our liberated selves” (Naomi Joseph, reviewing Wellcome Collection, Institute of Sexology) Early Sexology in Twentieth Century Culture
  • 19h30 – 20h00 : Discussion par Sylvie CHAPERON (Université Toulouse Jean-Jaurès) et Christophe ADAM (Université Libre de Bruxelles)
  • 20h00 – 21h30 : Cocktail dinatoire

Jeudi 22 mars : Première journée (9h30 – 17h30)

  • 9h00 Accueil
  • 9h30 – 12h00 : Panel n° 1 : Sexologie et catholicisme. Présidence : Azzurra Tafuro (Université Libre de Bruxelles)
    • Cécile Vanderpelen-DIAGRE (Université libre de Bruxelles) Les colloques internationaux de sexologie et l’Université catholique de Louvain
    • Isabelle PERREAULT (Université d’Ottawa) Aux racines de la sexologie made in Québec : pour un épanouissement de la personne par l’omniprésence du corps dans la vie spirituelle
    • Chiara BECCALOSSI (University of Lincoln) Italian sexology after WWII: The case of sexual endocrinology
  • 12h00 – 13h30 : Pause déjeuner
  • 13h30 – 15h00 : Panel n° 2 : Libération et révolution sexuelles. Présidence : Gert HEKMA (Universiteit van Amsterdam, professeur invité à la Maison des Sciences Humaines de l’Université Libre de Bruxelles)
    • Alain GIAMI (Institut national de la santé et de la recherche médicale) « Sex research » : la constitution d’un champ
    • Agnieszka KOSCIANSKA (University of Warsaw) From “treatment is possible and effective” to “homosexuality is neither an illness, nor a sexual deviation”: sexology, homosexuality and emancipation during the long 1970s in state socialist Poland
    • Taline GARIBIAN (Université de Lausanne) « Ce n’est pas une prime à la liberté sexuelle » L’ouverture de centres de planning familial en Suisse romande (1965 – 1975)
  • 15h00 – 15h30 : Pause café
  • 15h30 – 17h00 : Panel n° 3 : Institutionnalisation et scientificisation. Présidence : Chris Paulis  (Université de Liège)
    • Cynthia KRAUS et al.  (Université de Lausanne) La thérapie de couple à Lausanne : les enjeux institutionnels et cliniques de l’ « importation » d’une méthode américaine
    • Lutz SAUERTEIG (Durham University) Normalising young people’s sexual behaviour: Sex surveys in Post-War Germany, 1945-1980
    • Caroline RUSTERHOLZ (Birkbeck, University of London) Le rôle des femmes médecins anglaises dans les savoirs sexologiques entre 1935 et 1970

Vendredi 23 mars : Deuxième journée (9h30 – 15h30) 

  • 9h30 Accueil
  • 10h00 – 12h00 : Panel n° 4 : Sexologie et guerre froide. Présidence : Anne-Sophie  CROSETTI (Université Libre de Bruxelles)
    • Dagmar HERZOG (City University of New York) Cold War Freud : Psychoanalysis in an age of catastrophes
    • Wannes DUPONT (University of Antwerpen) Borderless sex. Interpol and moral restoration in the Postwar Era
    • Dan HEALEY (University of Oxford) Russian homophobia from Stalin to Sochi
  • 12h00 – 13h30 : Pause déjeuner
  • 13h30 – 15h00 : Panel n° 5 : Décolonisation et évolution des savoirs sexologiques. Présidence : Lynn Bruyère (Université Libre de Bruxelles)
    • Todd SHEPARD (Johns Hopkins University) « L’homme arabe » et la France (1962‑1979)
    • Amandine LAURO (Université Libre de Bruxelles)  Des sexualités « primitives » aux sexualités « du Sud » : Afrique sub-saharienne et expertise sexologique francophone (1950-1970)
  • 15h00 – 16h00 : Conclusions Gert Hekma (Universiteit van Amsterdam), Sylvie Chaperon (Université Toulouse Jean-Jaurès) et Laura Di Spurio (Université Libre de Bruxelles)

Comité scientifique

Sylvie Chaperon (Université de Toulouse Jean Jaurès ) ;  Dominique De Fraene (Université Libre de Bruxelles) ; Julie De Ganck (Université Libre de Bruxelles) ; Laura Di Spurio (Université Libre de Bruxelles) ;  Guy Lebeer (Université Libre de Bruxelles) ;   Carla Nagels (Université Libre de Bruxelles) ;   David Paternotte (Université Libre de Bruxelles) ;  Chris Paulis (Université de Liège) ;

Valérie Piette (Université Libre de Bruxelles) ;   Cécile Vanderpelen-Diagre (Université Libre de Bruxelles).


Comité organisateur

Lynn Bruyère (Université Libre de Bruxelles) ; Anne-Sophie Crosetti (Université Libre de Bruxelles) ;  Sylvie Chaperon (Université de Toulouse Jean Jaurès) ; Julie De Ganck (Université Libre de Bruxelles) ;  David Paternotte (Université Libre de Bruxelles) ;  Chris Paulis (Université de Liège) ; Caroline Sägesser (Université Libre de Bruxelles).