De la sexologie à la médecine sexuelle : la médicalisation progressive de la sexualité et de la sexologie

Alain GiamiLa communication porte plus particulièrement sur la troisième vague de la sexologie qui s’est développée dès le début des années 1980 avec la découverte des traitements pharmacologiques de l’érection (Giami, 2004 ; Tiefer, 2006). On a assisté à ce moment à l’arrivée des urologues et endocrinologues dans le contexte du développement d’une nouvelle médecine sexuelle. Un nouveau champ multidisciplinaire s’est développé sous l’égide des approches bio-médicales et cliniques, grâce aux nouvelles possibilités thérapeutiques et pharmacologiques (Perelman, 2014). La science de l’érection a du évoluer en médecine sexuelle afin de pouvoir inclure les questions liées à la fonction sexuelle féminine.

Les enjeux principaux de cette médecine sexuelle se situent désormais du côté de l’homologation des médicaments pour les traitements des troubles sexuels féminins, de l’usage de la testostérone pour les hommes et pour les femmes. Sur le plan de l’organisation sociale, la médecine sexuelle est confrontée à la question de sa reconnaissance académique comme spécialité médicale de plein droit, au développement de la formation continue des médecins. Sur le plan des pratiques, la médecine sexuelle se trouve face à la possibilité d’un développement vers des formes plus médicalisées ou sur des approches plus nuancées prenant en compte les différentes modalités de conseil et de thérapie sexologique pouvant donner lieu à des approches thérapeutiques combinées.

On observe une importante différence concernant la place des approches psychologiques en fonction du genre des patients. On a identifié une première époque où la médicine sexuelle, parfois désignée comme sexologie médicale constituait un sous- ensemble du champ de la sexologie qui a évolué vers la situation contemporaine dans laquelle la médecine sexuelle a conquis une certaine forme d’hégémonie, en partie liée aux soutiens dont elle bénéficie de la part de l’industrie pharmaceutique et à la nouvelle légitimité des formes de biomédicalisation et pharmacologisation de la société. On s’attachera plus particulièrement à analyser la féminisation professionnelle de la sexologie et de la médecine sexuelle ainsi que les enjeux posés par la pharmacologisation du désir et de la fonction sexuelle féminine. La communication est fondée sur des observations ethnographiques de conférences médicales et scientifiques en médicine sexuelle, des interviews informelles avec des acteurs de ce domaine, la collecte et l’analyse de documents médicaux, scientifiques et publicitaires.

Références :

  • Giami, A. (2004). De l’impuissance à la dysfonction érectile. Destins de la médicalisation de la sexualité. In D. Fassin & D. Memmi (Eds.), Le gouvernement des corps (pp. 77-108). Paris: Editions EHESS.
  • Perelman, M. (2014). The history of sexual medicine. In D. L. Tolman DL, Bauermeister JA, George WH, Pfaus JG, Ward LM, (Ed.), APA handbook of sexuality and psychology. Vol. 2: Contextual approaches (pp. 137-179). Washington, DC: American Psychological Association.
  • Tiefer, L. (2006). The Viagra Phenomenon. Sexualities 9(3), 273-294.

Alain Giami

Alain Giami est chercheur en sciences sociales. Directeur de recherche à l'Inserm, il dirige l’équipe de recherche «Genre, sexualité, santé »  Il a publié plusieurs ouvrages dont notamment en collaboration avec Pierre Moulin et Emilie Moreau : « Infirmières et sexualité : entre soins et relations » (Presses de l’EHESP, 2015) ; avec Gert Hekma : "Sexual revolutions" (éditions Palgrave, Juin 2014; publié en français aux éditions la Musardine, 2015);  "Des sexualités et des handicaps : Questions d'intimité", avec Bruno Py et Anne Marie Toniolo (Presses Universitaires de Lorraine, 2013);  "L'expérience de la sexualité chez de jeunes adultes", avec Marie-Ange Schiltz" (éditions Inserm, 2004). Il a en outre publié près d'une centaine d'articles dans des revues scientifiques françaises et internationales. Il travaille sur les questions liées à la sexualité et en particulier aux dispositifs médicaux et politiques de la sexualité. Il développe actuellement un programme de recherche internationale sur les Transgenres / Transsexuels (France, Brésil, Italie, Norvège, Chili) ainsi qu'une étude des transformations de la sexologie contemporaine vers la médecine sexuelle, la santé sexuelle et les droits sexuels. Il travaille en outre sur les formes d’implication subjective des professionnels face aux questions de sexualité. Alain Giami (PhD) is currently research professor at the Inserm (National Institute of Health and Medical Research) in Paris, where he coordinates a research group on the relations between sexuality, medicine and gender issues. He has published several books including: “Infirmières & Sexualité : entre soins et relations, 2015 with Emilie Moreau & Pierre Moulin; "Sexual revolutions" (in collaboration with Gert Hekma), Palgrave 2014; "Des sexualités et des handicaps : questions d'intimité" (Sexualities and disabilities : issues of intimacy) in collaboration with Bruno Py and Anne Marie Toniolo (Presses Universitaires de Lorraine, 2013); "L'expérience de la sexualité chez de jeunes adultes" (The experience of sexuality among young adults) (Inserm, 2004). He has also published about 100 papers in peer reviewed journals in English, French and Portuguese. His current work is on an international approach of Transgender health and citizenship (France, Brasil, Italy, Norway) and on a social historical study of sexual medicine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search