Sexologie et idéologie (dir. Sylvie Chaperon)

Ce dossier explore les interconnexions entre idéologie et sexologie au cours du xxe siècle. Bien que les sexologues, qui sont souvent des médecins, tentent de légitimer leurs savoirs et pratiques par la science et la méthode expérimentale, il n’en demeure pas moins que la sexologie reste traversée d’enjeux idéologiques forts. Cette porosité de la science avec son contexte idéologique est particulièrement bien illustrée par la sexologie, discipline divisée et peu normalisée. Ainsi, dans le milieu progressiste entourant l’Université catholique de Louvain, apparaît dans les années 1950 et 1960 une sexologie catholique rassemblant théologiens et médecins, en faveur notamment de la contraception chimique. Elle jouera un rôle de premier plan dans la formation des sexologues des années 1960 et 1970. Le discours sexologique est également mobilisé par les mouvements sociaux ou les intellectuel·le·s sympatisant·e·s. Les lesbiennes y trouvent une matière importante pour se définir, par adhésion ou opposition. Il est issu, avec un autre numéro de la même revue, du colloque de Toulouse 2016.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine Rouch (23 octobre 2018). Sexologie et idéologie (dir. Sylvie Chaperon). Sexologies européennes / European sexologies. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0vr


Marine Rouch

Docteure en histoire contemporaine (université de Toulouse Jean Jaurès). Autrice de Chère Simone de Beauvoir... (Flammarion, 2024).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search