Les « perversions sexuelles » en France entre 1870 et 1900 : comment les conditions matérielles de la clinique ont structuré la psychopathologie sexuelle française.

julie-mazaleigue-labaste

Julie Mazaleigue-Labaste

Je souhaite analyser les dynamiques qui à l’œuvre dans les discours savants français sur les « perversions sexuelles » entre 1870 et 1900 à partir d’un travail sur un corpus spécifique : les registres de placement du Bureau d’Admission de Saint-Anne entre 1872 et 1897 (Archives de Paris, série D3X3), qui présentent la synthèse des certificats médicaux des placements d’office de l’Infirmerie Spéciale près la Préfecture de Police de Paris et ceux du Bureau d’Admission de Saint-Anne. Ces deux institutions étaient liées, et les sources imprimées montrent qu’elles formèrent un double-pôle d’élaboration de la psychopathologie sexuelle en France durant cette période. En effet, les médecins y officiant eurent accès de manière privilégiée à des « sexualités spéciales » rendues visibles par l’exercice du pouvoir judiciaire et le maintien de l’ordre public, et purent par là constituer une expérience clinique qui forma la base de nouvelles catégories psychosexuelles. Cette archive permet ainsi d’interroger précisément le rôle des conditions matérielles de la clinique dans la structuration des savoirs de la sexualité.

Je propose une étude quantitative et qualitative de la population de femmes et d’hommes qui furent diagnostiqués comme affectés d’une « perversion sexuelle », à partir d’un fonds de plus de 85.000 certificats d’admission. Cette étude, qui apporte un éclairage fin sur la généalogie de la clinique en permettant de retracer presque individuellement le destin des « pervers », conduit à resituer la place et le contenu de la psychopathologie sexuelle française de quatre manières. Premièrement, elle met en lumière le décalage entre la prolifération culturelle des discours sur la perversion à la fin du XIXe siècle et la réalité clinique et sociale que cette dernière recouvrait. Deuxièmement, elle explique le style particulier des théories psychologiques et psychiatriques sur la perversion en France, qui incluaient cette dernière dans la série des phénomènes « obsessionnels ». Troisièmement, elle éclaire les continuités et les ruptures entre les théories psychiatriques françaises sur la « dangerosité de la perversion » et les pratiques concrètes de prise en charge et de gestion des risques. Enfin, les conditions matérielles spécifiques de cette clinique livrent des éléments significatifs pour une analyse comparatiste des différentes formes prises par la psychologie sexuelle en Europe ; elles expliquent en particulier une des raisons du décalage épistémologique au début du XXe siècle entre, d’une part, la sexologie et les théories sexuelles de la psychanalyse émergentes dans l’espace germanique, et de l’autre la psychopathologie sexuelle française.


Julie Mazaleigue-Labaste

Chercheuse post-doctorante, Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits, Université de Picardie Jules Verne, Amiens

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search