Les “invertis” sous le franquisme et le problème de la construction de la mémoire gay

Photo identitéMon objectif est d’interroger la construction de la mémoire gay à propos des homosexuels sous le franquisme, c’est-à-dire comment notre mémoire a été façonnée depuis la fin du régime. Cette critique de la construction de la mémoire gay est possible, il me semble, grâce aux archives que j’ai pu consulter. Il s’agit des archives des tribunaux de vagabonds et délinquants et de dangerosité et réhabilitation sociale de Catalogne et des Baléares entre 1945 et 1981 environ. Grâce à ces archives, je voudrais confronter le décalage entre la mémoire gay et les faits historiques. Mon but est de montrer que certaines idées reçues sur les gays sous le franquisme ne sont pas tout à fait exactes. Pour cela, je me concentrerai principalement sur les différences culturelles entre lesbianisme et homosexualité masculine ainsi que sur la soi-disant “persécution” des transsexuelles. Je pense par exemple au fait que sur 553 condamnations entre 1956 et 1977 il y a seulement une femme et, d’autre part, un changement de sexe a été reconnu légalement en 1977 30 ans avant la loi Zapatero d’identité de genre.

Je voudrais donc essayer d’analyser en quoi consiste ce décalage entre l’image que nous avons des gays à l’époque et la réalité des faits grâce aux archives ; puis je souhaiterais comprendre à quoi ce décalage est-il dû. Ce qui m’intéresse est de savoir comment nous avons pu avoir accès à cette histoire simplifiée, parfois caricaturale, et comment nous avons pu oublier certaines avancées sociales pendant le franquisme sans tomber dans un révisionnisme conservateur. Il semble que les mouvements de libération homosexuelle postérieurs au franquisme, des témoignages, des publications, certains historiens, etc. ont instauré des catégories d’analyse rétrospectives binaires tout à fait réductrices ou simplificatrices : avant/après, oppression/libération ; dans le placard/sortir du placard, répression/liberté, etc. Et toutes ces catégories d’analyse nous ont fait voir l’histoire des gays sous Franco de façon biaisée.


Geoffroy Huard de la Marre

Agrégé d’espagnol et docteur en histoire, j’enseigne actuellement à l’Université du Havre. J’ai publié Los antisociales. Historia de la homosexualidad en Barcelona y París, 1945-1975 (Marcial Pons, 2014) et Les gays sous le franquisme. Discours, subcultures et revendications à Barcelone, 1939-1977 (Orbis Tertius, 2016).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search