La sexologie américaine made in Switzerland : L’invention d’une thérapie « plus acceptable à notre sensibilité européenne » pour les troubles du désir sexuel en Suisse romande de 1950 à nos jours

arton4005

Cynthia Kraus

Cette communication porte sur le « volet transatlantique » d’un projet de recherche en cours sur l’histoire de la sexologie médicale et de l’hétérosexualité comme institution (p.ex. Wittig 2001; Butler 2006 2005) en Suisse romande de 1950 à nos jours*. Nous nous centrerons sur les savoirs-pratiques hybrides que les sexologues romandes élaborent en s’inspirant des travaux pionniers de la sexologie américaine (et d’autres courants plus récents) dans des dynamiques locales de réappropriation théorique et de traduction thérapeutique. Ce faisant, nous documenterons un « tournant » épistémique et ontologique qui s’amorce dans les sources de l’époque: les « problèmes sexuels » commencent à être définis dans des catégories diagnostiques spécifiques (désir sexuel hypoactif, aversion sexuelle, troubles de l’excitation, anorgasmie, vaginisme, etc.) héritées des auteur·e·s américain·e·s.

Stéphanie Pache

Stéphanie Pache

Ce nouveau vocabulaire a pour effet de détacher progressivement la problématique des « dysfonctions sexuelles » de la question des paraphilies et des perversions qui constituaient une à deux décennies plus tôt le cadre conceptuel prévalent des sexologues suisses romands (p.ex. Richard 1946 ; Schneider 1954). Sur le plan thérapeutique, la nouvelle génération de sexologues commence à proposer des traitements spécifiques pour les « dysfonctions sexuelles » qui combinent (comme le faisait déjà Kaplan) des exercices comportementaux inspirés de la sex therapy de Masters & Johnson et des psychothérapies de tradition psychanalytique (p.ex. Abraham & Pasini 1974 ; Pasini & al. 1974 ; Gloor 1978). Ces pratiques d’hybridation se trouvent même promues (pour des raisons que nous expliciterons) comme une « façon de procéder […] plus acceptable à notre sensibilité européenne »1.

Notre étude de cas part donc de la « préhistoire » de la sexologie médicale en Suisse romande2 entre le début des années 1950 et la fin des années 1960, pour se focaliser sur l’histoire de la sexologie américaine made in Switzerland, en particulier à Lausanne et Genève, de la fin des années 1960 à nos jours. Elle se base sur l’analyse des sources pertinentes publiées par les acteur/trices actif/ves dans le développement de la sexologie romande, et sur des entretiens avec des témoins historiques. L’analyse des savoirs-pratiques qui s’élaborent dans ce contexte permettra d’éclairer les termes qui régissent durablement la question du désir sexuel et de ses troubles (sauvegarde de l’union conjugale, régulation des naissances, lutte contre l’avortement, épanouissement personnel, etc.), mais aussi des enjeux professionnels et institutionnels plus récents. Parmi ces enjeux, on peut mentionner le « triage des cas » comme pratique « première » visant à autonomiser la sexologie médicale de l’urologie et de la gynécologie, de la psychiatrie et du conseil conjugal en lui conférant un domaine de compétences et d’intervention propre : par exemple, et pour reprendre les termes d’un acteur majeur de cette histoire, le psychiatre lausannois Pierre-André Gloor (1985), « les situations de mésentente sexuelle “pure”, idéalement sans conflits …, et où les intéressés déclarent sans équivoque qu’ils ont un avenir de couple ».

* Projet de recherche intitulé "Façonner l’hétérosexualité : histoire des « troubles » du désir féminin en Suisse romande de 19[5]0 à nos jours" / "Making up Heterosexuality : A History of Female Desire « Disorders » in French-speaking Switzerland from the 19[5]0s to the Present" financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (SNF n° 100011­_153080). Requérante responsable : Dr Cynthia Kraus, Maître d’enseignement et de recherche, UNIL ; Co-requérant.e.s : Prof. Vincent Barras, CHUV & UNIL et Prof. Véronique Mottier, UNIL.

Références citées

  • Abraham, G. & W. Pasini. 1974. Introduction à la sexologie médicale. Paris: Payot.
  • Barbey, M. A. 2009 1981. Eros en Helvétie. Genève : Editions des sauvages.
  • Butler, J. 2006 [1990]. Trouble dans le genre. Trad. Cynthia Kraus. Paris: La Découverte.
  • Gloor, P.-A. 1978. La première année d’une consultation de thérapie sexuelle pour couples. Médecine et Hygiène, 38 : 1838-1841.
  • Gloor, P.-A. 1985. Sexologie. L’approche sexologique des problèmes de couples », Bulletin du Centre médico-social Pro Familia, 18, pp. 43-46.
  • Pasini, W. & W. Geisendorf, Eds. 1974. Sexologie : 1970-1973. Paris : Payot.
  • Richard, G. 1946. Le rôle du praticien dans la question sexuelle. Cahiers mensuels de médecine 5.
  • Schneider, P.-B. 1954. Impuissance et frigidité. Tiré à part de Praxis. Berne. Année 43.
  • Wittig, M. 2007 [2001]. La pensée straight. Paris: Amsterdam.
  1. Rapport du Dr Pierre-André Gloor datant de 1976, « Thérapie sexuelle : notes préliminaires en vue de la préparation d’une consultation à la Maternité de Lausanne », boîte « Médecine 1889-1990 », 03002.046, UNIRIS []
  2. Comme le rappelle Mary Anna Barbey (2009 [1981]) : « La sexologie n’existait pas encore ; si les noms de Forel et de Kinsey étaient vaguement connus, ils n’apportaient rien d’intéressant à la Romandie contemporaine. Masters et Johnson attendaient la notoriété… et la traduction ». []

Cynthia Kraus & Stéphanie Pache

Cynthia Kraus est philosophe et Maître d’enseignement et de recherche à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lausanne. Ses travaux se situent à l’intersection des études genre, corps et sexualité et des études sociales des sciences, des techniques, et de la médecine avec notamment la direction de deux projets de recherche financés par le Fonds national suisse de la recherche scientifique sur l’histoire du cerveau adolescent (2011-2014) et l’histoire de la sexologie médicale en Suisse romande (2014-2016). Publications récentes : “Classifying Intersex in DSM-5” (Archives of Sexual Behavior, 2015), “Diagnostiquer les fœtus intersexués?” (Sciences sociales et santé, 2015), “What Is the Feminist Critique of Neuroscience?” (In Neuroscience and Critique, Routledge, 2016), Politiques de coalition/Politics of Coalition: Penser et se mobiliser avec Judith Butler/Thinking Collective Action with Judith Butler (dir. avec Delphine Gardey, 2016). Stéphanie Pache est médecin et historienne. Elle est chercheuse FNS senior à l’Institut des sciences sociales et chercheuse associée à l’Institut d’histoire de la médecine et de la santé publique de l’Université de Lausanne. Ses recherches s’intéressent aux enjeux sociaux et politiques des théories et des pratiques des sciences et de la santé, en particulier des disciplines psychiques. Elle a écrit une thèse de doctorat en histoire de la médecine, Politiser la psychologie. Histoire d’une théorie féministe de la pratique psychothérapeutique (États-Unis, 1960-2015), qui porte sur l’histoire de la psychologie féministe américaine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search