Les patient.e.s du docteur Auguste Forel

photo1Lorsque le psychiatre Auguste Forel (1848 – 1931) publie La Question sexuelle en 1905, la pratique clinique de la sexologie en est encore à ces balbutiements. L’ouvrage, destiné à un public large connaît de nombreuses rééditions et participe grandement à établir la notoriété du médecin dans le domaine sexuel, tant auprès de ses confrères que du public. Après avoir quitté la direction du l’asile du Burghölzli dans le canton de Zürich en 1898, Auguste Forel s’installe en Suisse romande où il continue de recevoir une patientèle dans le cadre de sa pratique privée. Une partie de la correspondance envoyée par ses patient.e.s est conservée au département des manuscrits de la bibliothèque cantonale universitaire à Lausanne.

Cette correspondance révèle en premier lieu les préoccupations et troubles de la sexualité qui touchent les patient.e.s. Le vocabulaire utilisé tout comme l’explication invoquée pour expliquer l’origine des maux dont ils/elles souffrent éclairent la manière dont les savoirs sexologiques sont mobilisés par le grand public. Souvent agrémentées de nombreux détails, ces lettres permettent également de cerner les « réseaux » ou du moins le paysage de la pratique clinique dans le domaine de la sexualité puisqu’il n’est pas rare que les patient.e.s consultent plusieurs spécialistes et fassent part à Forel des différents traitements entrepris. Sans surprise, le contenu des ces lettres est différent si la plume est féminine ou masculine. Aussi, elles constituent une source très utile pour saisir les disparités liées au genre dans l’appréhension de la sexualité et les préoccupations des patient.e.s.

À travers cette correspondance et les quelques ouvrages publiés en Suisse romande entre 1900 et 1930, notre communication vise donc à esquisser les premiers pas de la pratique clinique en sexologie du point de vue de ceux/celles sur et avec qui elle s’exerce. Dans la lignée des travaux de l’historien Roy Porter, on peut dès lors esquisser une histoire « d’en bas », une histoire de la médecine qui rende compte des destins individuels qu’ils soient masculin ou féminins.


Taline Garibian

Taline Garibian est assistante doctorante à l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP) à Lausanne (Suisse) et en co-tutelle avec l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Sa thèse en préparation sous les directions de Vincent Barras et de Sylvie Chaperon porte sur l'histoire de la sexologie en Suisse romande (1890-1970).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search