Gregorio Marañón et la sexualité dans l’Espagne des années trente

dsc_0414web5367bf07317a4Sous la dictature de Primo de Rivera et les premières années de la Seconde République, la sexualité était devenue en Espagne un thème scientifique porteur, pour ne pas dire à la mode, et dont sans aucun doute le médecin endocrinologue et écrivain Gregorio Marañón [1887-1960] avait contribué très largement au lancement et à la popularisation Gregorio Marañón. Ses travaux médicaux sur la sexualité publiés et diffusés dès 1915 firent rapidement autorité en Espagne et au-delà (un certain nombre d’entre eux furent en effet traduits en français, en anglais, en italien ou en allemand…). Ces travaux furent non seulement fort connus et appréciés dans le milieu médical (notamment ses recherches portant sur l’endocrinologie et les sécrétions internes) mais aussi dans le grand public.

Signalons tout particulièrement ses trois essais portant sur la vie sexuelle (« Sexe, travail et sports », « Maternité et féminisme », « Éducation sexuelle et différenciation sexuelle »), rassemblés en 1926 avec un texte introductif de son ami Ramón Pérez de Ayala et qui ont connu de nombreuses éditions de 1927 à 1934. Preuve de cette notoriété et de cette autorité acquise en Espagne sur le plan médical et surtout en matière de sexologie au début des années trente du XXe siècle, Gregorio Marañón participa au quatrième congrès de la Ligue Mondiale pour la Réforme Sexuelle et assuma lors de sa création en 1932 la présidence de la Ligue Espagnole pour la réforme sexuelle sur des bases scientifiques. Malgré cette autorité scientifique apparemment incontestable, une polémique portant sur la sexualité -ou, plus exactement, relative aux théories sexuelles de Gregorio Marañón- opposa en 1931-1933 un jeune hongrois plus ou moins inconnu du grand public mais résidant alors à Barcelone, Oliver Brachfeld, et le prestigieux médecin espagnol.


Jean-Louis Guereña

Professeur émérite de Civilisation de l'Espagne contemporaine à l'Université François-Rabelais de Tours, ancien membre de la section scientifique de la Casa de Velázquez, Jean-Louis Guereña a consacré de nombreux travaux à l'histoire sociale et culturelle de l'Espagne contemporaine (histoire de l'éducation, de la sociabilité, de la sexualité...). Parmi ses derniers ouvrages, Les Espagnols et le sexe XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (Mondes Hispanophones, 40), 2013 et, comme éditeur scientifique, Sexualités occidentales XVIIIe-XXIe siècles, Tours, Presses universitaires François-Rabelais (Collection « Civilisations étrangères »), 2014.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search