Souffrir de folie ou souffrir à la folie ? Pour une histoire de la douleur en gynécologie

zezfzefzefezfezfLe thème de la « castration féminine » a été discuté dans l’historiographie depuis les premières recherches féministes sur la gynécologie durant les années 1970. Ce sont particulièrement les opérations d’ovariotomie — les extractions d’ovaires — réalisées en grand nombre durant la fin du 19eme siècle qui ont attiré l’attention des historien-ne-s en histoire des femmes et de la médecine. Durant les années 1870, des chirurgiens commencent à pratiquer des ovariotomies sur des femmes souffrant de douleurs pendant leurs règles et/ou présentant fréquemment des symptômes d’hystérie. Les premiers travaux historiques dénonçaient le plus souvent ces opérations comme une forme de domination sexuelle des femmes dont la sexualité était perçue comme anormale ou dérangeante par les médecins. Cependant, les travaux les plus récents tendent à nuancer fortement cette vision en soulignant l’importance et la réalité des douleurs vécues par les patientes ainsi que la volonté des médecins de leur venir en aide. L’attention critique s’est déplacée du côté des conditions sociales des patientes, des structures institutionnelles et des logiques scientifiques pour expliquer les choix thérapeutiques effectués par les chirurgiens.

Dans cette communication, je reviendrai sur ce sujet au travers d’une étude des débats dans la presse gynécologique belge et française entre les années 1880 et 1920. Durant cette période, les indications symptômatiques de l’ovariotomie — symptômes douloureux et « nerveux » — sont fréquemment discutées. Le débat porte principalement sur la signification à accorder aux douleurs. Celles-ci sont-elles le signe d’une lésion anatomique ou fonctionnelle des organes génitaux ou bien d’un trouble mental ? De la réponse à cette question dépend le type de traitement choisi et le spécialiste désigné pour l’instituer, le gynécologue ou le psychologue (ou encore le psychiatre). Malgré l’absence de consensus dans ce débat, les symtpômes douloureux sont, en pratique, souvent interprétés par les chirurgiens comme un signe de l’existence supposée d’un trouble pathologique pouvant légitimer une intervention chirurgicale — même en l’absence d’une lésion visible des organes génitaux. La femme souffrant d’ovaralgie chronique à la fin du 19eme siècle est donc souvent placée à la frontière de la folie par les gynécologues, mais sa douleur est reconnue et susceptible de donner accès à un soin gynécologique. Cependant, la situation évolue à la veille de la Première Guerre mondiale. En effet, les douleurs vécues par les patientes en l’absence de lésion visibles des organes génitaux sont plus couramment interprétées comme le signe d’un trouble mental induisant des symptômes psychosomatiques localisés dans les organes pelviens. Les femmes sont donc plus susceptibles d’être renvoyées chez les spécialistes de la santé mentale.

L’exploration de ce thème est l’occasion de questionner la manière dont la douleur génitale des femmes est conceptualisée et comprise par les gynécologues ainsi que sur les liens, changeant, entre gynécologie et psychologie au cours de l’histoire.


Julie De Ganck

Julie De Ganck est historienne spécialiste de l’histoire du genre en médecine à l’époque contemporaine. Elle est notamment l’auteure d’une histoire des réactions médicales face aux anomalies sexuelles et à l’« hermaphrodisme » en Belgique contemporaine (1830-1914), travail publié par l’Université des Femmes en 2013. Elle a récemment défendu sa thèse de doctorat à l’Université Libre de Bruxelles. Celle-ci est intitulée « Cultiver la différence. Histoire du développement de la gynécologie à Bruxelles, 1870-1935 ». Ses recherches post-doctorales se dirigent dans deux directions. Premièrement, Julie De Ganck souhaite croiser l’histoire de la gynécologie, des intersexes et de la chirurgie en écrivant une histoire de la chirurgie plastique vaginale depuis le 19ème siècle. Deuxièmement, elle entreprend de continuer ses recherches sur la gynécologie à Paris, Genève et Lausanne afin d’écrire une histoire francophone de la gynécologie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search