Présentation-Presentation


Sexologies et théories de la sexualité : traduction, appropriation, problématisation, médicalisation.

Conférence internationale pluridisciplinaire d’histoire de la sexologie

Direction scientifique : Alain Giami 

30-31 Octobre 2017 – the American University of Paris (Paris), France


« Je vous remercie de votre…mise en garde, docteur. Je crois que je ne risque rien, de ce côté-là. J’ai un instinct de conservation très développé. J’avoue aussi que la sexualité ne s’était encore jamais offerte à ma méditation sous forme de sexologie. Il m’avait toujours semblé que lorsque la sexualité tend à se muer en sexologie, la sexologie ne peut plus grand-chose pour la sexualité » (Gary, 1975, p. 110)

Dans cet extrait du livre de Roman Gary, le narrateur connaît « sa sexualité » et exprime son appréhension que la « sexologie » en tant que discours et pratique d’intervention sur la sexualité, n’en modifie son expérience. Il redoute que le recours à la « sexologie » ne vienne confirmer le déclin inéluctable de sa vie sexuelle. Enfin, il craint que cette spécialité puisse s’avérer incapable de restaurer la fonction souhaitée, objet de sa nostalgie. En d’autres termes, entre la volonté de savoir des médecins et la volonté de se raconter des patients, les concepts de sexualité et de sexologie ne se recoupent pas forcément. La perplexité du personnage principal d’Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable, permet d’introduire un questionnement plus large portant d’une part, sur la relation entre les concepts de « la sexualité » et de « la sexologie », et d’autre part sur les articulations possibles entre les histoires de ces deux champs de savoirs.

Sexualité et Sexologie : frontières conceptuelles et historiographies

Dans l’Histoire des manières de jouir du siècle des lumières à l’avènement de la sexologie, Alain Corbin (2008) explore le rôle des manuels des médecins, des théologiens et des pornographes dans le modelage « (d)es désirs, (d)es jouissances, (d)es regrets », et souligne les convergences et les contradictions entre ces différentes sources. Pour Corbin, le « devoir de l’historien est de les lire toutes, de ne jamais refuser de les entendre, de saisir leur logique, parfois antagoniste ». Partant de la période sur laquelle Corbin clôt son Histoire des manières de jouir (autrement dit le XIXe siècle, moment où il situe « l’avènement de la sexologie »), l’historien contemporanéiste rencontre de nouvelles catégories conceptuelles et de nouveaux antagonismes. Ainsi doit-il se confronter à une réflexion sur le boundary-work qui peut être mis en évidence par une histoire croisée de la sexualité et de la sexologie. En effet, ces deux histoires traversent différents champs de savoirs (par exemple la médecine, la psychiatrie, la psychanalyse) qui se constituent et se positionnent les uns par rapport aux autres au cours de cette période.

L’articulation entre l’histoire de la sexualité et celle de la sexologie (ou entre les théories de la sexualité et celles des sexologies) peut être envisagée de différentes façons. Akrich, Callon, & Latour (2006) ont proposé le concept de traduction qui permettrait de traiter les rapports entre l’histoire de la sexualité et l’histoire de la sexologie comme des processus de « traduction » de la sexualité en sexologie, et inversement. Qu’il s’agisse de l’activité sexuelle du patient qui consulte, du sexologue qui répond à celui-ci ou encore du médecin qui s’adresse aux médias, qui écrit des ouvrages destinés au grand public ou des traités scientifiques, ces différentes situations sont considérées comme des processus de traduction et des sources de transformation des connaissances. Une autre approche, proposée par le psychiatre George Lanteri Laura (1979) s’appuie sur la notion d’appropriation d’une forme de sexualité par la sexologie ou plus généralement par la médecine. Le travail de Lanteri Laura porte ainsi sur l’analyse de la pathologisation des déviances sexuelles. Il a observé que dans bien des cas c’est la doxa qui précède et informe l’épistémé sur le mode de l’appropriation de quelque chose qui lui préexiste.  Autrement dit, le savoir scientifique et clinique s’approprie la pensée de sens commun sur le sexe et la sexualité. En outre, ce travail met en lumière toute la dimension idéologique et politique de ces appropriations. Enfin, on peut aussi aborder l’histoire de la pensée sexologique au sens foucaldien du terme, c’est-à-dire en référence à la problématisation que pose la question de la sexualité dans différents contextes historiquement situés : « Cette élaboration d’une donnée en question, cette transformation d’un ensemble d’embarras et de difficultés en problème auxquels les diverses solutions chercheront à apporter une réponse, c’est cela qui constitue le point de problématisation et le travail spécifique de la pensée. » (Foucault, 2001b, pp. 1416-1417).

Qu’il s’agisse de traduction, d’appropriation ou de problématisation, ou encore d’autres approches, les enjeux d’une histoire croisée de la sexualité et de la sexologie depuis le XIXe siècle engagent une réflexion sur les institutions et les auteurs qui produisent et diffusent ces concepts.

Sexualité et sexologies actuelles dans la perspective de la santé et de la psychiatrie

Aujourd’hui, les manuels diagnostiques issus de différents contextes institutionnels envisagent différemment et parfois de manière divergente la sexualité et son rapport à la nosographie. D’un côté, selon le manuel diagnostique et statistique (DSM-5) de l’Association de Psychiatrie Américaine, la sexualité embrasse un vaste champ de la psychiatrie qui concerne « l’excitation sexuelle, les pensées sexuelles, les fantasmes, les pulsions et ou les comportements » et de façon plus générale les souffrances qu’elle peut susciter chez les personnes ainsi que les déviances dont elle peut être l’objet. Si le DSM-5 ne donne pas de définition explicite de la sexualité, les classifications qui y sont proposées sont fondées sur des définitions implicites qui posent les bases de la conceptualisation et des types de réponse proposées aux « troubles sexuels », aux « troubles paraphiliques » ou aux « dysphories de genre ». De l’autre côté, la CIM (Classification Internationale des Maladies de l’OMS), qui est une classification générale des maladies – somatiques, fonctionnelles, mentales, etc… – se donne la possibilité d’inclure les questions liées à la sexualité dans le répertoire des maladies somatiques ou psychologiques. L’OMS propose ainsi de créer une nouvelle catégorie de « disorders related to sexual health » pour classer ces problèmes et les « dépsychiatriser » (sinon les « dépathologiser ») en les faisant sortir de la catégorie nosographique des troubles mentaux (Reed et al. 2016).

Les documents de l’OMS qui instituent la « santé sexuelle » (à partir des années 1975) incluent des définitions spécifiques de « la sexualité » et de la « santé sexuelle » qui, si elles ne se recouvrent pas, font bien ressortir que la « santé sexuelle » est un dispositif de réponses sociales – santé publique, éducation, prévention, formation, soins – apportées aux questions de sexualité qui ne sont certainement pas les mêmes que celles proposées dans le DSM et la CIM qui se rapportent exclusivement à la pathologie :

« La sexualité est un aspect central de l’être humain tout au long de la vie et comprend le sexe, les identités et les rôles socialement associés aux femmes et aux hommes, l’orientation sexuelle, l’érotisme, le plaisir, l’intimité et la reproduction. La sexualité est vécue et exprimée sous forme de pensées, de fantasmes, de désirs, de croyances, d’attitudes, de valeurs, de comportements, de pratiques, de rôles et de relations. Si la sexualité peut inclure tous ces aspects, tous ne sont pas toujours exprimés ou expérimentés. La sexualité est influencée par l’interaction de facteurs biologiques, psychologiques, sociaux, économiques, politiques, culturels, éthiques, juridiques, historiques, religieux et spirituels » (OMS, 2002).

Selon cette perspective, la sexologie s’apparenterait à un dispositif social, médical, psychologique et institutionnel de réponses aux questions posées par les expériences de la sexualité, qu’en retour elle a pour effet de modeler et transformer.

Objectifs

Le colloque se propose d’examiner l’histoire des conceptions de la sexualité qui ont été mobilisées – explicitement ou implicitement – dans les différentes constructions sexologiques depuis le dix-neuvième siècle jusqu’aux temps présents.

Le champ des connaissances, des théories et des pratiques – le dispositif  –  qui sont désignées sous le terme de « sexologie » renvoie à des conceptions spécifiques de la sexualité. La sexologie constitue une forme de réponse sociale – et surtout médicale, psychologique, psychiatrique et parfois légale – aux questions posées par les humains à propos de « leur sexualité ».  Et à leur tour, les savoirs élaborés par la sexologie influencent la formulation des questions que se posent les personnes sur « leur sexualité ». Une histoire des orientations de la sexologie, dans ses grands traits, est marquée par le passage d’une « proto-sexologie » plus volontiers centrée sur les perversions et les déviances, à une consolidation du champ autour de l’observation, la mesure et le traitement de la « fonction de l’orgasme » et de ses difficultés d’accomplissement. Le décloisonnement de la sexologie du domaine de la pathologie s’observe également dans l’intérêt pour l’observation et la mesure des comportements sexuels en population (Béjin, 1982). Le champ de la sexologie se transforme actuellement avec l’émergence de la « médecine sexuelle », la « santé sexuelle » et les « droits sexuels », évolutions qui doivent être prises en compte car elles contribuent à la reformulation des théories de la sexualité.

Les communications contribueront à renseigner cette histoire croisée de la sexualité et de la sexologie en mobilisant des matériaux issus de documents médicaux, scientifiques, pédagogiques, ainsi que ceux issus des institutions impliquées dans la médicalisation (y compris la démédicalisation) de la sexualité. Elles peuvent aussi traiter des enjeux historiographiques émergeant de l’articulation de ces deux champs d’histoire.


Sexologies and theories of sexuality: Translation, appropriation, problematization, medicalization.

A Multidisciplinary International Conference on the History of Sexology

Direction scientifique : Alain Giami 

30-31 October 2017 – the American University of Paris (Paris), France


 “Thank you for your… warning, Doctor. I don’t think that I am in any danger from that direction. I have a strong instinct of self-preservation. I must say, too, that I have never considered sexuality under the aspect of sexology. I have always thought, in fact, that once sexuality tended to become sexology, sexology cannot do much for sexuality” [Romain Gary, Your ticket is no longer valid translated by Sophie Wilkins (New York: George Braziller 1977) p.85].

In this excerpt from Roman Gary’s novel, the narrator who is keenly aware of “his sexuality” expresses concern that the power of sexological discourse and practice could modify his self-perception. He fears sexology could confirm the age-related ebbing of his sexuality and prove incapable of restoring the desired function he misses. In other words, between the doctor’s willingness to know and the patient’s willingness to talk, their respective concepts of sexuality and sexology do not necessarily match up. This illustration can introduce the larger question of the relationship between sexuality and sexology and their respective histories.

In L’Harmonie des plaisirs: Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie (Paris: Perrin, 2007), the French historian Alain Corbin has described ways in which from the Enlightenment to the “advent of sexology” in the 19th century, doctors, theologians and pornographers have given a shape to “sensual pleasures, desires, regrets” in their sometimes overlapping, sometimes contradictory textbooks and manuals. For Corbin, the “duty of historians is to read all of them, to never refuse to listen, to understand their sometimes antagonistic logic”. In considering the period where Corbin ends his book (the 19th century “advent” of sexology), historians have new conceptual categories to account for and can be challenged with “boundary work” concerning the “history of sexology” and the “history of sexuality”. Furthermore, over the course of contemporary history, trends of “medicalizing”, “overmedicalizing”, “psychiatrizing”, or “depsychiatrizing” sexuality raise questions in both sorts of histories. The articulation between the history of sexuality and the history of sexology (or between theories of sexuality and theories of sexologies) has been approached from various perspectives.

One approach has been to study the process of “translation” (Akrich, Callon & Latour 2006) of sexuality into sexology and vice versa with regard to patients’ sexual activities, sexologists’ responses to them or doctors’ interventions in the media (via academic studies or books written for the general public). Another approach can be characterized by the concept of “appropriation” and its application to sexology and, more broadly, to medicine. For George Lanteri Laura (1979), who analyzed the “pathologization” of sexual deviances, the “doxa” very often comes first and informs the “episteme”, in other words scientific and clinical knowledge appropriate pre-existing common sense thinking on sex and sexuality. Lanteri Laura’s work sheds light on the ideological and political dimensions of acts of appropriation.

We might also broach such questions by working on the history of ideas and concepts in sexology in continuity with the approach developed by Michel Foucault: how is sexuality “problematized” during different periods and historical contexts? “This working up of a situation into a question, this transformation of a set of quandaries and difficulties into a problem, to which various solutions try to respond, this is what constitutes the point of problematization and the specific task of thought” (Foucault, 2001b, pp.1416-1417).

Currently, diagnostic manuals from different institutions also view sexuality from different, and in some ways divergent, perspectives. On the one hand, the American Psychiatric Association’s Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, DSM-5, describes the vast field of sexuality as including sexual arousal, thoughts and fantasies, impulses or behaviors and, in general, the problems caused by sexuality and its deviations. Without clearly defining sexuality itself, the DSM-5 relies on implied definitions, which underlie its conceptualization of, and responses to, “sexual disorders”, “paraphilic disorders” or “gender dysphoria”. On the other hand, The World Health Organization’s International Classification of Diseases (ICD-10) foresees the inclusion of questions related to sexuality within its general categories of somatic and psychological illnesses. WHO has thus proposed a new category of “disorders related to sexual health” for such problems in order to “depsychiatrize” or “depathologize” them — release them from the etiological categories of mental illnesses or disorders (Reed et al. 2016). Furthermore, WHO’s classification provides distinct definitions of “sexual health” and of “sexuality”. “Sexual health” is related to social responses (public health, education, prevention, education and medicine) to questions related to sexuality, which are clearly not the same as those figuring in the DSM. However, according to WHO’s working definition of sexuality.

“Sexuality is a central aspect of being human throughout life and encompasses sex, gender identities and roles, sexual orientation, eroticism, pleasure, intimacy and reproduction. Sexuality is experienced and expressed in thoughts, fantasies, desires, beliefs, attitudes, values, behaviors, practices, roles and relationships. While sexuality can include all of these dimensions, not all of them are always experienced or expressed. Sexuality is influenced by the interaction of biological, psychological, social, economic, political, cultural, ethical, legal, historical, religious and spiritual factors.”

Following this definition of sexuality, today’s sexology could then be conceived as a social, medical, psychological and institutional set of responses to questions raised by people’s experiences with sexuality. However, it can be argued that this way of conceiving of sexology gives a no less historically contingent shape to people’s current questions and concerns….

Objectives

This two-day conference proposes to examine the history of conceptions of sexuality and of gender relations that have, explicitly or implicitly, been used in sexological “constructions” since the mid-19th century.

The knowledge, theories and practices to which “sexology” refers imply specific conceptions of sexuality. Sexology is a social (and, above all, medical, psychological, psychiatric or even legal) response to the questions people ask about “their sexuality”. Its history has shifted from a “proto-sexology”, centered around perversions and deviancies, to a second phase with a focus on the “function of orgasm” and on sexual behaviors (Béjin 1982). Sexology is evolving with the emergence of “sexual medicine”, “sexual health” and “sexual rights”, trends that weigh on the reformulation of theories of sexuality. Papers will present material from medical, scientific or educational sources or from institutions involved in the medicalization of sexuality.

The accepted papers will be grouped by subject, geographical area, historical period or historiographical approach as a function of the two-day program, and each group will be assigned a discussant who will Chair the session and open discussion of the papers presented. Abstracts and papers can be submitted and presented in English or French. There will not be official simultaneous translation during the conference. Participants are expected to understand both languages.

Plans are in the works for editing the papers presented at the conference for a book to be published by a French publishing house specialized in multidisciplinary books.